In navigation voile La Rochelle

Nous sommes nombreux à vibrer d’un sentiment mélangé : un peu de plaisir inavouable, presque coupable. Une sorte d’école buissonnière forcée avec laquelle nous ne sommes pas tout à fait à l’aise. L’Instituteur à beau tenter de nous rassurer en disant que tout le monde aura un bon point, on avance à reculons quand-même.

Pour ma part, avec ces années de précarité accumulées, souvent impuissant à retrouver l’équilibre, c’est comme si j’avais moins peur : nous sommes brutalement tous ensemble devenus des précaires. Une nation de néo-précaires qui se souri de loin, sans se toucher. Comme si la frénésie trouvait enfin le repos.

Depuis quelques années, j’ai pris la fuite vers la mer, la solitude, le rire, le dessin, l’écriture et la rêverie. Venez on embarque, on largue les amarres et on va regarder par-dessus la Digue du Bout Blanc, là où l’horizon est si vaste, et la lumière si pure.

_ LARGUEZ !

_ C’est largué !

Un jour, mon beau-frère m’a annoncé qu’il venait de perdre son père. Je lui ai répondu : « t’inquiète, c’est pas tellement grâve ». Il a éclaté de rire tellement ma réponse était inadapté. Peut-être aussi que ça le libérai de quelque chose de lourd qui touche à la culpabilité ou à la peur de sa propre mort. Je ne sais pas très bien.

Dimanche soir 15 mars

Retour vers le port après le deuxième week-end de la saison. Cette année, la chance est avec moi. 2020 va être une année grandiose, tous les voyants sont au vert, je vais enfin pouvoir me payer. (La vidéo est sur INSTAGRAM KELONELAROCHELLE)

Jeudi soir 19 mars

Finalement je ne déposerai pas le bilan cette fois encore. J’ai sauvé Kelone d’un microbe. Ça fait 5 ans que je sauve kelone. Combien de temps encore aurais-je cette énergie-là ?

Samedi matin 21 mars

Ce matin, je ressens un curieux sentiment de bien-être. Je ne me l’explique pas. J’ai envie de le partager. Ca ressemble à un vaccin.

A suivre …

Recent Posts

Leave a Comment